Golf Kauai Hawaii - Kauai Golf Courses - Kauai Golf Packages

Le vaccin antirubéoleux peut être sans danger au début de la grossesse

Les vaccins contre la rubéole peuvent être sans danger au début de la grossesse, rapporte une nouvelle étude de l’Université de Toronto au Canada. Les résultats ont été présentés récemment à l’American Society for Clinical Pharmacology and Therapeutics à Orlando, en Floride, soulèvent des doutes quant à la nécessité de r Avortement en raison de l’exposition au vaccin en début de grossesse. Ils contestent également la croyance de longue date selon laquelle il est essentiel d’éviter de vacciner les femmes enceintes contre la rubéole par peur de la vaccination elle-même induisant le syndrome de rubéole congénitale.Rubella est un togavirus qui provoque généralement une maladie bénigne, caractérisée par une infection des voies respiratoires supérieures. éruption cutanée, fièvre et lymphadénopathie. Les complications de la maladie comprennent l’arthrite, l’encéphalite et la rubéole congénitale. La rubéole congénitale se produit lorsqu’une femme contracte le virus de la rubéole au cours de son premier trimestre de grossesse. Environ 85 % des femmes qui attrapent la rubéole dans le premier trimestre le transmettent à leur fœtus. Les signes du syndrome chez l’enfant sont la surdité neurosensorielle; malformations cardiaques congénitales; des difficultés d’apprentissage; des défauts oculaires tels que la cataracte, le glaucome, la rétinopathie et la microphtalmie; et les défauts osseux. L’hépatosplénomégalie et les fausses couches sont également fréquentes. Comme le virus de la rubéole est si virulent au début de la grossesse, le vaccin, qui est composé de virus vivants affaiblis, n’est pas recommandé pendant cette période. En outre, les femmes qui reçoivent le vaccin sont averties d’éviter de concevoir pendant trois mois. Cependant, des preuves rétrospectives ont suggéré que le risque de développer un syndrome après la vaccination au début de la grossesse est faible. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont tenu un registre des femmes enceintes qui ont reçu le vaccin par inadvertance entre 1979 et 1989 et n’ont trouvé aucun cas de syndrome chez les nouveau-nés des 321 femmes inscrites. La présente étude, dirigée par Zina Levichek de Le programme Motherisk de l’Université de Toronto au Canada a comparé les taux de malformations fœtales chez les nourrissons de 94 femmes ayant reçu par erreur des vaccins contre la rubéole alors qu’elles étaient enceintes de 94 femmes enceintes qui n’avaient pas été vaccinées pendant la grossesse. groupes. De plus, il n’y avait aucune différence significative entre les taux d’avortement spontané, le poids à la naissance ou les étapes de développement entre les deux groupes. Les résultats des tests auditifs étaient également équivalents dans tous les groupes. La seule différence significative était le taux plus élevé d’avortements dans le groupe ayant reçu des vaccins pendant la grossesse.