Golf Kauai Hawaii - Kauai Golf Courses - Kauai Golf Packages

Les ingénieurs développent des robots-agriculteurs qui pourraient rendre obsolète la pulvérisation de pesticides à grande échelle

Les agriculteurs pourraient bientôt trouver leur travail un peu plus détendu, car une équipe de chercheurs de l’Université Harper Adams, au Royaume-Uni, est en train de développer des robots miniatures qui les aideraient à récolter et à épandre des pesticides. Selon les chercheurs, les robots miniatures montrent un potentiel de réduction de l’utilisation excessive de pesticides, de réduction du gaspillage alimentaire et d’atténuation des pénuries de main-d’œuvre. Les experts estiment que la technologie sera prête dès 2020.

Les développeurs soulignent que les robots miniatures seront amorcés pour le travail sur le terrain et appliqueront des pesticides sur les cultures qui en ont vraiment besoin. Selon les chercheurs, la technologie est un contraste frappant avec le processus d’application actuel appelé «pulvériser et prier», où le produit chimique antiparasitaire est recouvert sur l’ensemble du champ et non donné à des plantes spécifiques. Les experts notent que le processus actuel gaspille 95 à 99 pour cent des pesticides et des herbicides. Les scientifiques ajoutent que la nouvelle technologie devrait appliquer 100 pour cent du pesticide directement sur la culture ciblée.

« Les agriculteurs dépendent fortement depuis des décennies de l’utilisation massive de pesticides. Certaines pulvérisations sont très désespérées. Les agriculteurs pulvérisent [des produits chimiques] contre lesquels il y a de la résistance. Ils ne tueront pas les ravageurs car les ravageurs ont développé une résistance. Ils tueront d’autres insectes [tels que les pollinisateurs] », explique Toby Bruce, professeur d’écologie chimique des insectes à l’Université Keele, au Royaume-Uni.

En outre, les experts soulignent que la nouvelle technologie aura la capacité de planter de manière autonome des semences, des mauvaises herbes, de l’eau et des cultures de pulvérisation sans qu’un agriculteur exploite et gère la technologie sur le terrain. (En relation: Les scientifiques développent un robot laser capable de zapper les mauvaises herbes sans utiliser de pesticides.)

Les robots miniatures améliorent la qualité des récoltes en sélectionnant les meilleurs produits

En plus de l’application ciblée de pesticides, les robots miniatures sont également prêts à révolutionner les processus de récolte actuels. Les développeurs notent que le processus actuel se concentre sur la récolte de l’abattage, ce qui implique la récolte en vrac des récoltes des champs en même temps. Selon les experts, cette méthode se traduit par un gaspillage alimentaire considérable puisque jusqu’à 60% des récoltes sont jetées parce qu’elles sont soit bancales, soit non comestibles.

L’équipe de recherche explique que les robots miniatures peuvent être programmés pour ne sélectionner que les cultures ayant atteint la maturité et la maturité correctes. Les robots miniatures comporteront un mécanisme qui détecte les fruits et légumes malformés. De même, l’équipe de recherche ajoute que la nouvelle technologie permettra d’identifier les cultures qui nécessitent plus de temps avant la récolte, donnant ainsi aux plantes suffisamment de place pour atteindre une bonne maturité.

« J’essaie de développer un tout nouveau système de mécanisation agricole basé sur de petites machines intelligentes. Nous développons le désherbage au laser, l’application de gouttelettes où seulement 100% du produit chimique va sur la feuille cible, la récolte sélective où nous pouvons classer le produit au moment de la récolte. Entre 20 et 60% des récoltes sont jetées au moment de la récolte parce que les supermarchés n’achèteront pas de légumes fétides, parce que vous et moi n’achetons pas de légumes vénéneux. Quand nous sommes confrontés à un ensemble de tomates ou de laitues, nous choisissons le meilleur et non le pire. Mais nous pouvons laisser derrière nous des laitues qui ne peuvent peut-être pas être vendues aujourd’hui, mais nous pouvons revenir la semaine prochaine et pouvoir les récolter ensuite », explique le professeur Simon Blackmore, chef de la robotique agricole à l’université Harper Adams.

Cependant, les chercheurs ont averti que bien que le développement ait atteint ses stades avancés, il reste encore beaucoup à faire pour introduire les robots miniatures sur le marché. Les experts notent que les entreprises agricoles sont actuellement liées à des machines plus conventionnelles et à des pulvérisations de couverture, et que les craintes liées aux risques commerciaux peuvent les dissuader d’adopter la technologie.

« Je pense que l’innovation viendra des start-up. Nous devons voir plus de start-ups dans ce domaine », ajoute le professeur Blackmore.

Suivez l’actualité de l’automatisation des robots sur Robots.news.